Trois questions à Michèle Assouline sur le salon “Made in 16”